Station de traitement des eaux pour l'abattage du chrome VI et du chrome total

- Traitement de surface

- Tanneries

- Industries

- Centrales à béton

Demande de devis

Description

Qu'est ce que le chrome VI ?

Le chrome fait partie de la série des métaux de transition. Les états d’oxydation les plus communs sont le chrome III et le chrome VI. Le chrome III est dans une certaine quantité, un élément essentiel pour l’organisme,pour la régulation de l’insuline et la métabolisation du glucose. Les composés du chrome VI (chrome hexavalent) sont très toxiques et ne proviennent pas de l’activité humaine. Il n’y a pas de chrome VI à l’état naturel et celui-ci est très mal assimilé par le corps humain.

 Les effets d’une exposition à une pollution en chrome VI sont donc importants et variés: 
  • Complications médicales (asthme, pharyngite, bronchite...)
  • Allergie cutanée (asséchement, fissuration...)
  • Risque par ingestion (dérèglement des reins, diarrhées, cancer gasto-intestinaux...)
  • Effet sur la réplication et la transcription de l’ADN

 

Domaines d'applications

Cadre réglementaire

Le décret du 1er février 2001 appuyé par le REACH définit le chrome VI comme un agent CMR (cancérogène/ mutagène / reprotoxique).

L’US-EPA fixe à 100 μg/L la valeur de référence du chrome total dans les eaux destinées à la consommation humaine.

L’OMS estime qu’il y a un réel risque de toxicité à partir de 50 μg/L de chrome total dans l’eau destinée à la consommation humaine.

L’ANSES établit une valeur limite en chrome total dans l’eau potable de 50 μg/L et de 6 μg/L en chrome VI (Saisine n° 2011-SA-0127 - 2 juillet 2012).

 

Cadre réglementaire des centrales à béton

*L’arrêté du 26 novembre 2011 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations de fabrication de béton prêt à l’emploi impose de nouvelles normes de rejet depuis le 1er juillet 2012: 

MES < 35 mg/l      pH: 5,5-9,5      Chrome Total < 100 μg/l      Chrome VI < 50 μg/l

 

Or les agences de l'eau françaises relèvent des valeurs de chrome VI de 100 à 400 μg/l dans les rejets actuels.

 

 

Process de traitement unique et breveté

Réduction chimique du chrome VI en chrome III via une solution réductrice à base d’acidea scorbique (Réduction non réversible) totalement neutre pour l’environnement (dépôt de brevet du 28/03/2014): 

  • Gestion du pH
  • Réduction du chrome VI en chrome III avec une solution à base d’acide ascorbique
  • Filtration / adsorption du chrome III

 

L'ensemble de ce process est synthétisé dans le schéma des circuits ci-dessous: 

 

Qu'est ce que l'acide acide ascorbique ?

L’acide ascorbique est un acide faible plus connu sous le nom de vitamine C, une vitamine que l’on retrouve dans un grand nombre d’aliments (orange, kiwi, brocoli...). C’est un acide organique ayant des propriétés antioxydantes et réductrices. L’utilisation de l’acide ascorbique pour réduire le chrome VI en chrome III dans l’eau est absolument neutre vis-à-vis de l’environnement

 

Une gamme complète de solutions compactes de 0,5 à 20 m3/h

Des options possibles:

  • Bac tampon pour le lissage du débit et l’optimisation de la réaction physico-chimique
  • Cuve de décantation pour l’abattage des MES
  • Traitement du pH des eaux chargées en amont pour faciliter la désorption du chrome fixé sur les matières solides

Un accompagnement et des srvices sur-mesure:

  •  Aide à l’exploitation et supervision de l’équipement installé
  • Echantillonage et tests en laboratoire
  • Validation des performances
  • Préconisation et fourniture de consommables adaptés
  • Retours d’expériences et optimisation de l’équipement